Jean Genet drove me nuts …

Like the “anal-retentive” personality that I am, I usually read the complete works of novelists – in chronological order – from start to finish. This, in order to understand their development and the “story” in a long-term context. I was excited to read “Funeral Rites” and “The Thief’s Journal”, so I decided to read them before “Querelle” … big mistake on my part! Jean Genet drove me nuts. When I got halfway through “The Thief’s Journal” (Journal du voleur – 1949), we were sworn enemies, and I literally threw the goddamned book across my loft apartment in NYC. Weeks later I took up the reading again and progressed. By the time I had read “Querelle” I had fallen deeply in love with Genet, and he has been one of my “eternal lovers” ever since.

Good art and good artists always turn me on …

Jean Genet : Un chant d’amour.

JE VEUX UN AMANT, UN VRAI …

Je veux un amant, un vrai …
et je le veux maintenant.
Comme Arthur Rimbaud … ou Jean Genet.
Non pas comme ces mauviettes
qui ont parsemé ma jeunesse :
l’oncle qui m’avait convaincu que j’étais
une ‘tapette’, un ‘gogo bizarre’,
avant que je n’apprenne
ce qu’était la baise ;
et cet enfoiré qui m’a violé
dans la maison de sa mère — m’obligeant
à tenir ma langue de peur qu’elle ne se réveille
et appelle la police … pour me coffrer, ou pire.
Ou bien encore cette ‘folle’ sadomaso qui
possédait tout un attirail de jouets sexuels
et de godes en caoutchouc,
mais qui se fâcha lorsque je me mis à rire
parce qu’elle ne pouvait plus bander … normalement.
Je veux un amant, un vrai ;
qui puisse me sucer et m’enculer
et me prendre comme un ‘homme’.
Je veux un amant, un vrai … qui soit
tout ce qu’il dit être ; et qui s’en ficherait
que l’on apprenne qu’il aime un autre homme.
Je veux un amant, un vrai …
Comme Arthur Rimbaud … ou Jean Genet.
Et je le veux maintenant.

– Adam Donaldson Powell